Manisfestations
<<nov 2017>>
LMaMeJVSD
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
No events
Gallery
SONY DSC img_1246

Les réalisations

L’orphelinat

Lorsque nous avons découvert l’orphelinat, il était situé dans la capitale. Pierrette le gérait avec beaucoup de difficultés : 18 mois de loyer de retard soit 1.200.000 ariary fois 18,(Un euro équivaut environ à 2500 ariary), des dettes dans les épiceries voisines, plus des soins pour les enfants etc… Dans un désarroi total, Pierrette est tombée gravement et rapidement malade. Au retour de notre première mission en 2006, la première nouvelle que nous avons reçue a été celle de son décès, tellement elle a été contrariée de ne pouvoir faire face.
Sa fille Sissi a repris le flambeau en mémoire de sa mère et ayant reçu notre décision d’aider l’orphelinat. Les difficultés ont continuées encore quelque temps. En effet, début 2007 tous les orphelins ont été expulsés de leur centre par la propriétaire. Les journaux locaux ont relaté cette affaire dramatique. De plus la dette n’a pas été effacée suite à ce fait. Faute de régulariser ces retards, c’était la prison pour Sissi.
Un nouveau local a été trouvé avec un loyer de 700.000 ariary. Ce logement n’est pas idéal pour les 30 enfants mais il faut s’en accommoder.



Seules quelques personnes venaient en aide à l’Orphelinat.
Depuis 2007 Humanité Madagascar a décidé de soutenir totalement cette Orphelinat situé maintenant à Mahabo Andoharanofotsy.
La charge est lourde, car il y a le loyer bien sûr, mais le plus important est de nourrir, soigner, blanchir, éduquer, scolariser, former, etc,etc…tous les enfants mais aussi de payer le personnel.
De plus compte tenu des difficultés du Pays le prix de la nourriture est bien souvent en augmentation.
La charge financière incombant à notre engagement est d’environ 1200€ par mois


2012 a vu le nombre d’enfants passé à 35 avec des nourrissons. Les difficultés sont croissantes avec un local inapproprié : des marches dangereuses occasionnant des chutes, des pièces trop petites pour autant d’enfants, une hygiène des locaux laissant à désirer, un mur qui s’écroule dans la cour avec un bonheur (les enfants étaient à l’école), un manque de médicaments de base, des dents en très mauvaise état (un jeune dentiste a accepté de soigner gratuitement les enfants en lui fournissant les médicaments et autre amalgame), etc…