Manisfestations
<< août 2018 >>
LMaMeJVSD
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
    No events
Gallery
img_1270 humanite-madagascar-2015-visages-paysages-tuk-tuk

L’orphelinat

L’orphelinat

Lorsque nous avons découvert l’orphelinat, il était situé dans la capitale. Pierrette le gérait avec beaucoup de difficultés : 18 mois de loyer de retard soit 1.200.000 ariary fois 18,(Un euro équivaut environ à 2500 ariary), des dettes dans les épiceries voisines, plus des soins pour les enfants etc… Dans un désarroi total, Pierrette est tombée gravement et rapidement malade. Au retour de notre première mission en 2006, la première nouvelle que nous avons reçue a été celle de son décès, tellement elle a été contrariée de ne pouvoir faire face.



Sa fille Sissi a repris le flambeau en mémoire de sa mère et ayant reçu notre décision d’aider l’orphelinat. Les difficultés ont continuées encore quelque temps. En effet, début 2007 tous les orphelins ont été expulsés de leur centre par la propriétaire. Les journaux locaux ont relaté cette affaire dramatique. De plus la dette n’a pas été effacée suite à ce fait. Faute de régulariser ces retards, c’était la prison pour Sissi.



Get Adobe Flash player

Un nouveau local a été trouvé avec un loyer de 700.000 ariary. Ce logement n’est pas idéal pour les 30 enfants mais il faut s’en accommoder.
Seules quelques personnes venaient en aide à l’Orphelinat.
Depuis 2007 Humanité Madagascar a décidé de soutenir totalement cette Orphelinat situé maintenant à Mahabo Andoharanofotsy.
La charge est lourde, car il y a le loyer bien sûr, mais le plus important est de nourrir, soigner, blanchir, éduquer, scolariser, former, etc,etc…tous les enfants mais aussi de payer le personnel.



De plus compte tenu des difficultés du Pays le prix de la nourriture est bien souvent en augmentation.
La charge financière incombant à notre engagement est d’environ 1200€ par mois


2012 a vu le nombre d’enfants passé à 35 avec des nourrissons. Les difficultés sont croissantes avec un local inapproprié : des marches dangereuses occasionnant des chutes, des pièces trop petites pour autant d’enfants, une hygiène des locaux laissant à désirer, un mur qui s’écroule dans la cour avec un bonheur (les enfants étaient à l’école), un manque de médicaments de base, des dents en très mauvaise état (un jeune dentiste a accepté de soigner gratuitement les enfants en lui fournissant les médicaments et autre amalgame), etc…


En 2013, les adoptions ont repris.

Le nombre des enfants est de 30, et la situation générale est très difficile.

Nous évoquons la décision de construction d’un orphelinat avec la modification des statuts de notre Association afin de les faire légaliser à Madagascar. Un lourd dossier est désormais en cours.

Nous faisons le point sur les difficultés de la vie dans l’orphelinat :

  • beaucoup d’enfants ont des problèmes psychologiques.
  • Sur les 30, 11 font pipi au lit, dont un de 19 ans qui refuse de mettre une couche (la consommation de matelas est donc très importante).
  • Une fillette de 8 ans a déjà ses règles avec stupéfaction.
  • 3 enfants d’une même famille sont dénutris et il y a difficultés à leur faire remonter la pente.
  • Quelques enfants volent pour acheter de la confiserie.
  • Pour d’autres c’est le travail à l’école qui est difficile : une ne veut pas travailler.

Avec Sissi, la responsable de l’orphelinat, nous visitons le dentiste qui a accepté de soigner gratuitement tous nos enfants en échange de divers produits nécessaires à son métier.


2014, nous remettons les fournitures scolaires, les médicaments, les vêtements, le lait pour bébé, les biscuits, etc.. soit 3 valises. Après un premier échange sur le fonctionnement, les nouveaux enfants accueillis et la jeune fille plus âgée qui a maintenant plus de 20 ans et qui quittera dans un mois l’orphelinat pour se marier et devenir institutrice.

Nous évoquons les statuts de l’Association afin qu’ils soient reconnus légalement à Madagascar avec un règlement intérieur et une gouvernance par nos amis Malgaches membres de notre Association

Nous demandons à Sissi  de commencer la recherche d’un terrain d’environ 2000m2 ainsi que son possible coût.

  • Nous établissons une liste des pièces de la future construction en tenant compte de la réglementation locale qui est exigeante.

Voila un premier jet de la décision datant de près de 2 années de construire un orphelinat.


En 2015, nous remettons 3 valises avec 25kg de lait pour les nourrissons, des médicaments, des fournitures scolaires, des produits destinés au dentiste pour le soin des dents des enfants, des vêtements en quantité, et diverses petites choses.

Nous remettons à Sissi des pulls tricotés pour les enfants par Mme Derre d’Auchy.


2016, nous remettons à Sissi notre riche collecte de besoins divers et surtout le lait pour les nourrissons, de multiples vêtements, des médicaments dont une partie a été achetée en France pour compléter le manquant,  quelques fournitures légères comme des crayons ainsi que quelques friandises pour un simple plaisir. Christelle et Grégory ont permis aux papilles des enfants de se régaler.

Un point est fait sur la situation actuelle, autant humaine que matériel.

Nous accueillons la doctoresse qui vient très régulièrement examiner les enfants et surtout les nourrissons.

Nous retrouvons la jeune fille de 17 ans qui était enceinte l’an dernier. Elle est toujours à l’orphelinat avec son bébé : les deux vont bien et la maman n’est toujours qu’une adolescente.

Nous faisons le tour des services des ministères afin de mettre en place une Association reconnue à Madagascar afin de porter la construction et la gestion du futur orphelinat. Que de temps à passer !

Nous partageons le repas avec tous les enfants.


Nous visitons en 2017  le terrain de 1140 m² récemment acheté. La superficie de l’actuel orphelinat n’est que de 280 m².

Ce terrain se situe dans le village  « BONGATSARA » et il est situé sur la nationale 7 à 3km du Palais Présidentiel.

Il nous faut rassembler les documents officiels, voir toutes les obligations, tracer une esquisse de plan sur 2 étages avec 2 chambres d’hôtes et un logement pour la responsable.

Nous effectuons des recherches pour creuser un puits.

Comme chaque année nous faisons le maximum pour gâter un peu les enfants.

Quelques enfants viennent de nous être confiés :

  • Une fillette de 10 ans, Finaritra, dont le papa a été tué par des voleurs et la maman amputée des 2 mains.
  • Une autre de 8 ans, Volatatina, retirée de sa famille après avoir été violée par son oncle.
  • Un petit garçon de 18 mois, dont la maman est décédée lors de l’accouchement.
  • Etc…

En ce début d’année 2018, la construction est commencée par la clôture en briques et l’accès au terrain est réalisé. Holy et Toky porte la responsabilité sur place de cette construction et nous les remercions en comptant sur leur courage.

Quant à nous nous sommes conscients qu’en plus des frais de fonctionnement mensuels (environ 1500€) il nous manque 20.000€ pour faire face à la construction. Il y a encore beaucoup de travail…